Une trace de mon week-end #3

Publié le par Ériu

TraceWE2

 

Mon week-end a été chargé et douloureux...pour bien suivre je vous fait remontez jusqu'à mercredi soir 20h00...

 

Ailleeeeeeeeee!!! Je suis assise sur le canapé avec Cocotte collé sur moi et, comme ça, d'un coup sans avertir, j'ai un point dans le dos, juste sous l'omoplate gauche, près de la colonne vertébrale...Je me dit que, aillant travailler dehors toute la journée dans le jardin, j'ai due mal forcer et que je me suis étirée un muscle où alors un noeud s'est formé et que là, en commencant à relaxer, c'est là que la douleur se fait sentir...La douleur est assez forte mais seulement à cet endroit...Je décide donc de prendre un relaxant musculaire et deux Tylenol (équivalent Québécois des Doliprans).Apres 1h00 j'ai toujours aussi mal et c'est pire même, la douleur c'est propagé jusqu'à l'avant, on dirait qu'on me transperce du dos au thorax avec une énorme aiguille.En même temps j'ai le souffle court, je cherche mon air et j'ai peine a respirer, j'ai l'impression qu'un géant m'entoure de ses bras et serre de toute ses forces, j'ai des nausées et la douleur est inssuportable...Parfois la douleur est stable (à 7 sur une échelle de 10) et d'autre fois ça augmente en flèche pour 1 ou 2 minutes (alors là ça monte a 10 sur l'échelle) un peu des contractions lorsqu'on accouche mais dans le dos et le thorax...À 23h45 je n'en peut plus, je demande à mémé de venir aux urgences avec moi pendant que mon Français reste à la maison avec les enfants (de toute façon il as pas le permis lol)...À ce moment je suis convaincus que je suis en pleine crise cardiaque! Minuit pile poil, on arrive aux urgences, on attend 5 minutes avant de passer au triage. En pleurs, j'explique de peine et de misère à l'infirmière ce qui m'amènne là, mémé bouchant les trous et donnant les détails puisque j'en ai tellement le souffle coupé que je ne peut pas alligné plus de 2 phrases complètes...L'infirmière croit alors à une crise de foie et ne me renvois pas attendre dans la salle avec les cas bénins, elle me garde plutôt à l'arrière, avec les cas urgents.Les urgences sont relativement calmes à première vus et j,ai bon espoir de voir un médecin dans les 2 heures, par contre il n'y as plus de lit disponible, on m'installe donc dans un fauteuil au millieu d'un corridor parmis les autres malades, qu'à celà ne tienne de toute façon la douleur est pire en position couchée...1h00 du matin et toujours aucuns signe du médecin, les infirmières ne me donne aucun anti douleurs et de toute façon le mal commençe a diminuer...1h20, le patient à côté de moi dans le corridor, un homme de 80 ans et + se plaint de douleurs au ventre depuis un bon moment...Il va aux toilettes avec l'aide des infirmières et lorsque celles ci vont l'aider à ce relever, il tourne de l'oeil et fait une attaque...Après 45 minutes a tenter de le réanimer dans l'aire de choc, (on m'avais stationner juste devant, j'étais aux premieres loges) le médecin et les infirmières le ramènnent enfin à la vie. À ce moment là 2 ambulances arrivent et moi je n'ai plus aucune douleur...Il est 2h10, mémé et moi sommes crevés et comme je n'ai plus mal et que nous ne sommes pas prêtes de voir le médecin, on décide de retourner à la maison et de prendre RDV avec mon médecin de famille le lendemain.Jeudi tout ce passe bien, aucune crise...Vendredi on m'annonce que la clinique de mon médecin est fermé pour rénovations jusqu'au 22 septembre grrrrrrr.Vendredi 16h30 rebelotte, la douleur revient et cette fois ci ça fait encore 100x plus mal...Mémé est au taf, je doit donc attendre qu'elle revienne...21h15 mémé est là et elle file à la pharmacie acheter quelque chose contre les crises de foie. Je n'avais pas l'intention de me rendre encore aux urgences puisque je savais que la douleur finirait par passer d'elle même après quelques heures, mais à 22h00 je hurle, je me roule par terre et je supplie le petit Jésus de venir me chercher, je vomis et je souffre le martyr!!! Mémé me ramènne donc aux urgence directement. Au triage, une nouvelle infirmière me demande ce qui m'amènne, on lui explique que l'autre infirmière as dit que je faisait des crises de foie mais elle demande quand même des détails sur mon état. Elle nous envois encore derrière, dans les cas semi-urgents, encore dans un fauteuil parce que toujours pas de civières disponibles...Elle dit à mémé de me surveiller et de ne PAS me laissez boire quoi que ce soit, même pas une gorgée...Étrange puisque j'ai lus sur internet qu'il fallait boire beaucoup d'eau pour aider à faire passer la douleur et la crise de foie...1h00 du matin, la douleur diminue aussi vite qu'elle est arrivé, je n'ai pas vus de médecin, 11 ambulances sont arrivés entre temps, les urgences débordent carrément et sont remplis de patients grippeux qui se crachent les poumons à coté de moi...Encore une fois on décide de partir, après qu'une infimière nous a confirmer qu'il y aurais encore plus de 12h00 d'attente...Samedi matin, je cherche en vain une clinique sans RDV, mais elles affichent toutes complet...Sur l'heure du déjeûner mémé décide d'appeller la clinique du médecin de pépé pour savoir vers quelle heure le lendemain je devrais me présenter à l'avance pour espérer avoir une place et la secrétaire lui dit qu'une patiente viens d'annuler et qu'il y as une place de dispo à 15h00! Donc 15h00 samedi je suis dans le bureau du médecin, qui après moults questions et tâtonnement dans mon bedon me dit que je ne souffre pas du tout de crises de foie, je fait des coliques néphrétiques ou plus simplement des calculs rénals.Voilà surement pourquoi l'infirmière de vendredi ne voulais pas que je boive, au cas ou mes pierres bloquerait l'urètre, celle ci avait vus plus juste que la rpécédente...

Du coup je dois passer une batterie de tests, de prélèvements sanguins, de pipis dans des petits pots et d'échographie et scanner pour voir tout d'abord si j'ai évacuer tout mes petits cailloux et si non, est-ce que je suis infestée de ces horrible petites merdes ou est-ce que j'en ai seulement 3 ou 4 qui passeront touts seuls...Il me renvois donc à la maison avec des tonnes de RDV à l'hopital durant la semaine et, OH JOIE!!!!!' avec des anti douleurs en cas de crise...Hier, dimanche, 19h00, BOBO ça revient merdouille...Au moin je sais maintenant que je n'avais pas déjà tout évacuée mes pierres aux reins.Après 1h00 de douleurs modérées, je prend mes anti douleurs, deux en plus, parce que le pharmacien m'as bien dit ''madame, si c'est pour des pierres aux reins je vous conseils d'en prendre 2 directement et vous pouvez même en prendre toutes les 3 heures si vous ne voulez pas souffrir''...Notez que je connais bien ces médicaments, ce sont ceux que je prend habituellement pour mes migraine et je dois en prendre normalement 1 comprimé toute les 6 heures, pour les calculs ils vous foutent le double de la dose, ça vous donne une idée à quel point c'est douloureux...Donc 21h00 hier soir, les médocs commencent à faire effet et quel effet! Je sens toujours la douleur mais c'est plus que supportable, un soulagement totale mes amies! Sauf que...ma chambre tourne bizarement et je suis toute molle ...21h15, je suis couhée, presque sans douleur et extrêmement dans les vapes lol...Je me suis réveillée ce matin à 10h00, encore un peu molle et vaseuse (et je le suis encore à 11h10 lol) prête à affronter un apres-midi de prise de sang et de pipis contrôlés...Donc je vous laisse là dessus et moi je file me préparé pour aller me faire vider de mon sang par de méchantes infirmières...Ah et VIVE LES ANTI DOULEURS!!!

 

 

  (Mesdames si vos homme souffrent un jour de calculs rénals, vous pourrez vous réjouir en vous disant qu'ils savent maintenant ce que l'ont endure durant l'accouchement, je peut aujourd'hui l'affirmer, les pierres aux reins c'est LA MÊME douleur que l'accouchement!)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commenter cet article

nana 19/09/2011 18:39



et ben! quelle histoire! ça part tout seul les calculs rénaux? tu en sais plus depuis?


bon courage et soignes toi bien!